Une clôture électrique pour protéger les abeilles des frelons

Par Marc et André, apiculteurs amateurs à Yerres-Brunoy (Essonne).


« Un frelon qui s’enfuit bredouille est un frelon qui change de rucher (?) »

Introduction

Cet article présente une solution inédite (à notre connaissance) de protection des ruchers contre les attaques de frelons sur les abeilles. C’est la synthèse d’une recherche personnelle qui a eu lieu durant le mois d’août 2015 alors que l’on découvrait dans le secteur de Yerres (Essonne) la présence des premiers frelons asiatiques.

Droits de diffusion et d’utilisation

Nous nous déclarons concepteurs du dispositif qui est suffisamment original et novateur pour justifier un dépôt de brevet. Cependant afin de favoriser sa diffusion et la protection des abeilles nous le décrivons aussi complètement que possible et nous autorisons toutes personnes ou organisations à reproduire cet article, à fabriquer et à utiliser (gratuitement) des clôtures électriques anti-frelons (telles que nous les décrivons) que ce soit pour un usage privé ou dans un but commercial. Dans ce dernier cas toutefois il appartiendra aux intéressés de vérifier qu’aucun brevet antérieur à cet article ne les contraint.

Les objectifs de la clôture électrique anti-frelons

La clôture électrique anti-frelons a pour ambitions :

1/ de repousser la totalité des frelons attaquant des abeilles dans l’enceinte d’un rucher.

2/ de conditionner les frelons à craindre les ruchers et à s’en détourner comme source de nourriture.

Si nos premières réalisations, qui datent d’août 2015, semblent montrer que le premier objectif est atteint sans restriction, le second objectif n’est à ce jour qu’une hypothèse.

Le principe de fonctionnement

Une clôture électrique anti-frelons se compose de deux barrières électriques verticales parallèles qui encadrent une ou deux ruches, elle est fermée à l’arrière par la ruche ou les ruches et un filet et à l’avant partiellement par un filet (alors qu’il ne semble ni nécessaire ni utile de fermer le dessus de l’enclos par un filet). Une barrière comporte plusieurs fils électriques tendus sur le cadre de bas en haut sur toute la largeur et branchés sur un destructeur d’insectes du commerce, ils sont suffisamment espacés pour n’électriser que les insectes de la taille des frelons et sont en conséquence inoffensifs pour les abeilles.

On peut protéger une ruche avec deux barrières, deux ruches alignées avec trois barrières, etc. On ne cherche en aucune façon à tuer les frelons ni a les empêcher de pénétrer dans l’enclos, au contraire puisqu’on ne tue jamais aucun d’entre eux et l’écartement des fils est aussi grand que possible afin ne pas les décourager de traverser les barrières.

En pratique un frelon abordant un rucher protégé par une clôture électrique le parcourt en cercles pour le jauger, tente de s’approcher des abeilles, repère le plus souvent les fils des barrières et finalement (rapidement ou après quelques hésitations) décide de traverser une barrière. Il reçoit alors un ou plusieurs chocs électriques légers et s’enfuit immédiatement sans emporter d’abeille. On fait la supposition qu’il ne reviendra sur le rucher que lorsqu’il aura oublié sa mésaventure et il subira alors le même traitement. Nous vérifierons lors de la saison prochaine si un frelon est capable de se souvenir de son expérience et de modifier son comportement.

Distinction entre « clôture électrique anti-frelons » et « harpe électrique anti-frelons »

Une harpe électrique (système breveté) a pour objectif de « faire baisser la pression des frelons » sur un rucher en les tuant par électrocution (en les attirant éventuellement par un appât) alors qu’une clôture électrique a pour objectif de supprimer toute prédation des frelons sur les abeilles en les interceptant dès qu’ils s’en approchent (il n’y a aucun appât sauf si l’on considère les abeilles comme un appât naturel). Nos tests nous ont convaincu que la harpe électrique échoue dans son ambition puisqu’elle n’élimine qu’une fraction des frelons qui visitent le rucher (et que chaque frelon éliminé est vraisemblablement remplacé par son nid). De manière générale les pièges tueurs de frelons ne font que contraindre les nids à produire plus d’individus et ne mettent pas en danger les colonies de frelons. La clôture électrique devra toutefois faire ses preuves dans un environnement de forte présence des frelons, nous ne pouvons qu’affirmer que depuis l’installation et la mise au point de la clôture dans notre rucher nous ne voyons plus aucun frelon parvenir à capturer une abeille, ils sont repoussés systématiquement. Autres différences entre les deux dispositifs, la clôture électrique n’agit pas comme un piège mais comme un répulsif, elle est davantage protectrice des abeilles car elle n’incite pas à installer des piscines pour noyer les insectes tombés à terre, elle épargne les frelons asiatiques mais aussi les insectes de même taille tels que les frelons européens et les gros bourdons, elle peut être réalisée par les apiculteurs eux-mêmes pour un coût modique (quelques dizaines d’euros).


Une barrière de clôture à confectionner soi-même.

Nous publierons une première version du schéma de fabrication de la clôture un peu plus tard. En attendant on peut voir un rucher protégé par clôture ici (webcam) : Le Rucher de Marc et André.

Par Marc et André, le 7 octobre 2015, publié simultanément sur ce site et sur le forum La Ruche Warré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>